Chambre de Commerce Latino-Américaine
Les compétences interculturelles et les langues.
Transmission et mobilité

Présentation atelier-conférence auprès de l'UNESCO sur l'interculturalité du 6 février 2015

Comment définir les compétences interculturelles nécessaires pour faire face à la mobilité internationale et comment transmettre ces compétences, si - dans le cadre d’un changement de territoire, de langue et de modèle social – nous devons garantir que nous populations resteront autonomes et donc, libres ?

Pour développer cette analyse, nous sommes partis d’un constat : nous vivons dans des sociétés caractérisées par :

  • La multi culturalité et la diversité linguistique
  • L’interdépendance socio-économique et socio-politique, ainsi qu’un état d’échange continuel
  • La mobilité de populations, linguistique et culturellement diverses, sur un territoire commun avec des structures et processus de fonctionnement harmonisés, mais dont l’interprétation reste un mystère pour les populations déplacées

Quelles sont donc les compétences nécessaires pour la mobilité :

La mobilité professionnelle des populations demande l’acquisition de compétences que nous appellerons INTERCULTURELLES. Elles vont permettre l’adaptation, au système organisationnel récepteur, de personnes aux origines diverses, avec des cultures différentes. Ces compétences permettront aussi l’éclosion de langages explicites et formels permettant la transmission de valeurs et de savoirs souvent implicites et/ou informelles, créant ainsi les conditions adéquates de communication entre élève et maître, entre récepteur et émetteur, mais comment ?

L’enjeu de la transmission de compétences interculturelles et les véhicules de transmission :

Nous savons que les compétences interculturelles doivent être acquises conjointement par l’apprentissage et par l’expérience, avec un délicat transfert de l’implicite vers l’explicite, de l’informel vers le formel. L’objectif est donc de pouvoir les transmettre, de créer une pédagogie pertinente de l’apprentissage interculturel, génératrice de valeur et d’utilité, capable de transformer les individus et la qualité de leur vie et de leur environnement. Pour atteindre cet objectif il est impératif de trouver le véhicule de transmission adéquat, mais lequel ?

Les valeurs ? La culture et la langue ? Les objectifs et/ou les besoins ? Les actions réalisées conjointement ?

La langue comme véhicule de transmission de valeurs, de culture et de compétences :

La langue contient en elle-même les connaissances d’un peuple, d’une culture ou d’un ensemble de cultures et cela explique qu’elle soit un véhicule fondamental dans l’apprentissage, dans la transmission. Cependant, la langue peut devenir un obstacle, quand nous devons communiquer nos valeurs, stratégies, désirs et besoins dans une langue qui n’est pas la nôtre, mais aussi quand nous devons travailler ensemble, en interaction avec des personnes de cultures et langues différentes.

Pour éviter qu’elle puisse devenir un obstacle dans notre analyse des compétences interculturelles exigées par la mobilité et la cohabitation de groupes culturelles différentes, nous avons choisi un ensemble de territoires caractérisées par la multi culturalité exprimée dans une seule langue: l’espagnol, car il est parlé en 20 pays et trois continents. Cela nous permettrait d’éliminer les distorsions linguistiques de notre analyse et nous appuyer sur elle comme décodeur comportemental, afin de trouver une bonne description des compétences qui convergent vers l’interculturalité.

Description des compétences convergentes vers l’interculturalité :

Nous avons déterminé 4 types de compétences sur 4 niveaux, avec une base linguistique commune, et dans un cadre de mobilité socio-professionnelle ample (continent latino-américain). L’ensemble de ces compétences, qui convergent vers l’interculturalité, configurent une matrice, appelée P.A.R.I.S.: Positionnement Anthropologique de Référence pour l’Insertion Socio-professionnelle. Les paramètres de P.A.R.I.S., sont mesurés dans le cadre d’un test linguistique et comportementale, dénommé ALPHA (Analyse de la Langue Professionnelle Hispano-Américaine), qui s’inspire, dans sa configuration, du principe de probabilité et de la retro-alimentation «expérience-apprentissage».

Le Test mesure donc, en espagnol, les compétences ci-dessous exprimées, afin de déterminer leur convergence ou leur divergence et pouvoir concevoir les régulateurs et les formations nécessaires.

L.C.: Langue et Culture: Interaction dans l’apprentissage: Cet axe mesure les compétences linguistico-culturelles, orales et écrites, c’est-à-dire, grammaire, expressions idiomatiques, compréhension de textes socio-politiques et de situation sociale et d’entreprise, considérant celle-ci, verticale et horizontalement. Plus le niveau de maîtrise de cette compétence est haut, plus le développement des compétences SP (Socialisation/Entreprise) et EP (Intégration Socio-Politique) devient naturel.

S.C.: Construction Personnelle: Comportement individuel, c’est-à-dire, analyse des compétences d’adaptation psychologiques et comportementales face à un changement du cadre culturel et de vie. La non convergence de S.C. et de S.P. peut être une source de conflits

S.P.: Socialisation et Entreprise: Comportement d’appartenance, autrement dit, élimination des tensions psychologiques personales s’appuyant sur l’appartenance à un modèle et à des processus qui facilitent l’adaptation socio-professionnelle.

E.P.: Intégration Socio-Politique: L’Action sociale constructive et intégratrice, d’un point de vue sociale et politique, requiert un bon développement des compétences exprimées en LC et en SC.

La description de ces compétences, ainsi que l’interaction entre elles selon leur grade de développement, véhiculée par une analyse linguistique basée sur la diversité des peuples employant la même langue, est un premier pilier, à mon avis fondamental, dans la construction d’un modèle d’apprentissage interculturel.

  • & Résumé en PDF
  • & Présentation
  • & Article complet